logonews
Dossier

Des retraités de plus en plus connectés

Avant, les seniors communiquaient à distance principalement grâce au téléphone et à La Poste.
La téléassistance, proposée par le Département, était le seul « objet connecté » qu’ils possédaient.
Mais ça, c’était avant…

Pourquoi pas moi ?
Le fameux fossé numérique générationnel est en train de se combler, comme en témoigne Claude 70 ans, habitant de Saint-Denis et longtemps réfractaire à internet et ses usages. « Je me disais que c’était un gadget de plus, que tout cela était fait pour nous pousser à consommer, toujours plus. J’avoue que n’en voyais pas l’utilité pour moi ». Et puis, à force de voir chez un couple d’amis, les photos que leurs enfants leurs envoyaient régulièrement par mail, il s’est dit « et pourquoi pas moi ?
« J’ai demandé à ma fille de m’aider à choisir un ordinateur facile à utiliser. Elle m’a assuré qu’en quelques heures, je saurai dompter l’engin, mais j’avoue que ça n’a pas été aussi facile que ça », se souvient-il. Claude a donc poussé la porte de sa maison de quartier qui l’a orienté vers les ateliers d’initiation à l’informatique organisés par la Cyberbase de Saint-Denis.

Des outils qui rapprochent
Il a appris à envoyer des mails, à y joindre des pièces, à utiliser un moteur de recherche et de fil en aiguille, Claude est devenu passionné, voire accro à son ordinateur. Il a même réussi à convaincre son épouse qu’elle pourrait y trouver un intérêt « Et elle a fini par fréquenter elle aussi les ateliers de la Cyberbase. » Poussé par ses petits-enfants, il s’est inscrit sur un réseau social. « Grâce à ça, j’ai réussi à retrouver des copains d’école. Quant à mes petits enfants, qui oubliaient souvent de nous envoyer des cartes postales de vacances, ils ont pris l’habitude de me poster des messages via ce réseau social et de me prévenir qu’ils avaient mis des nouvelles photos sur leur mur. Maintenant j’ai régulièrement des nouvelles d’eux. Le fait que je me mette à l’informatique nous a rapprochés, c’est sûr ! Et je me sens dans le coup. »
Près de 10 % des personnes de plus de 65 ans sont aujourd’hui inscrits sur un réseau social, contre 3,7% en octobre 2009. C’est dire si la progression est importante ! Une étude récente estime même que les utilisateurs seniors passent en moyenne chaque semaine près de 16 heures à surfer sur internet.

Des usages variés

Parmi les autres activités favorites des Silver surfers, on retrouve le partage d’albums photos en ligne, la consultation des comptes en banque ou les démarches administratives, le visionnage de vidéos, les recherches sur les sites d’information et dans une moindre mesure les achats en ligne.

Par ailleurs, l’utilisation importante que les seniors ont aujourd’hui d’internet en fait un relais d’information désormais incontournable, et notamment pour tous les sujets liées au vieillissement. Ainsi, pour connaître les dispositifs d’aide pour vivre à domicile ou en établissement, l’État a créé le site www.pour-les-personnes-agees.fr, qui rassemble toutes les informations utiles sur ces questions.

De leur côté, les sociétés de développement de logiciels et de sites internet rivalisent d’effort et d’innovation pour rendre les nouvelles technologies accessibles à tous. Les interfaces sont devenues plus lisibles, plus intelligibles et plus fonctionnelles. Les équipements aussi s’adaptent, et deviennent de plus en plus ergonomiques, avec des souris et des claviers plus gros et des tailles de caractères plus adaptées.

En outre, les dispositifs proposant des accès libres ou des formations gratuites à l’informatique et à internet sont de plus en plus nombreux dans les maisons de quartiers, les médiathèques ou les centres socio-culturels des villes. Qu’elles soient à l’initiative des villes, des associations, des clubs du troisième âge ou d’entreprises privées, ils fleurissent un peu partout. Les établissements d’hébergement pour personnes âgées se sont eux aussi engagés dans cette révolution numérique. Des cyber-animateurs interviennent régulièrement dans certains établissements pour initier les résidents aux nouvelles technologies.


PNGClaude, quant à lui, est définitivement conquis. À Noël, il s’est fait offrir une tablette par ses enfants. « J’ai encore passé un nouveau cap puisque je peux me connecter et envoyer des e-mails de mon lit ou même suivre en ligne l’avancement de nos dossiers de renouvellement de nos cartes Améthyste puisque que c’est désormais possible », plaisante-t-il. Proposé depuis quelques mois par le Département de la Seine-Saint-Denis via son site internet, ce suivi en ligne de la carte Améthyste permet d’éviter des coups de téléphone et des déplacements inutiles à ses bénéficiaires. Cette téléprocédure est la première ce type sur le site du Département. D’autres sont annoncées et seront mises progressivement en œuvre à partir de 2017 pour les autres prestations délivrées aux personnes âgées.
Une perspective qui ne peut que réjouir Claude : « D’ici là, je serai parfaitement à l’aise avec le clavier tactile de ma tablette et je serai donc au point pour effectuer la plupart des démarches administratives sans bouger de mon fauteuil ! »

Du 17 au 27 mai, internet fait la fête
Pendant dix jours, dans toute la France, à l’occasion de la fête de l’internet, les espaces publics numériques de toute la France ouvriront encore plus grand leurs portes. Vous pourrez rencontrer ces professionnels qui peuvent vous accompagner dans la révolution numérique, vous informer, découvrir, vous amuser, vous former, apprendre… et plus encore ! Renseignez-vous auprès de celui le plus proche de chez vous, il propose sûrement une activité qui vous intéressera.

Pour trouver l’espace public numérique le plus proche de chez vous
www.netpublic.fr/net-public/espaces-publics-numeriques/repertoire-national/