logonews
Dossier

Vivre mieux chez soi

Continuer à vivre chez soi, dans son cadre familier, est le souhait le plus cher de chacun d’entre nous.

Des conseils pour plus de confort et de sécurité.

Parce que mieux vaut prévenir que guérir, certaines mesures simples restent essentielles. Pour limiter les risques de chute, pensez à libérer les lieux de passage de tout obstacle : fils électriques, tapis, jouets d’animal familier … Veillez à ce que votre logement soit suffisamment éclairé et utilisez pour cela des ampoules halogènes de 45 à 60 Watts, ou fluocompactes 18 à 25 Watts. N’hésitez pas à faire poser des rampes, même pour quelques marches, et des barres d’appui dans les différents endroits où vous devez vous changer de position (salle de bain, WC). Ces petits aménagements vous aideront à garder votre équilibre et à vous relever en cas de chute. Pensez à organiser vos placards et vos rangements pour avoir les objets du quotidien à portée de main. Et s’il faut atteindre quelque chose en hauteur, utilisez un escabeau de petite taille avec un appui pour les mains.
Idée : L’INPES L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé recense toutes sortes d’informations, conseils pratiques et édite des brochures également à télécharger sur le site www.inpes.sante.fr dont la brochure « Comment aménager sa maison pour éviter les chutes ? ».

Des aménagements plus importants

Selon le degré d’autonomie de chacun, des aménagements plus conséquents de son logement peuvent devenir nécessaires : remplacement d’une baignoire par une douche, élargissement des portes pour faire passer un fauteuil roulant, installations de rampes d’accès... Les frais de ces travaux, nécessaires à votre maintien à domicile, peuvent être importants. Ils ne doivent pas vous effrayer car ils relèvent, selon votre situation, de dispositifs d’accompagnement et d’aides financières qu’il est possible de solliciter auprès de différents organismes. Mais, avant toutes choses, pensez à définir soigneusement vos besoins. Pour cela, il est essentiel de prendre l’avis de professionnels. Parlez-en avec votre médecin qui saura vous orienter et n’hésitez pas à solliciter un ergothérapeute, spécialiste de ce ces questions, qui viendra à domicile, examiner les lieux et vous conseiller en fonction vos difficultés.

Vos interlocuteurs

  • La CNAV Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse est à votre écoute pour vous conseiller sur les aides et les dispositifs : aides à l’amélioration de l’habitat, travaux de dépannage, aide ménagère, service de garde à domicile… Renseignements au 08 21 10 12 14 (0,09 euros la minute) ou www.lassuranceretraite.fr
  • Soliha, Soliha solidaires pour l’habitat (anciennement PACT de l’Est parisien) propose aux propriétaires comme aux locataires différentes solutions, adaptées et durables, dans le but de créer des lieux de vie qui facilitent l’autonomie et le confort de chacun. Des conseillers vous aideront à élaborer avec précision un plan de financement propre à votre situation, à monter les dossiers et les présenter auprès d’organismes financeurs compétents. Cette structure assure également une assistance technique pour vous accompagner dans vos projets de travaux : diagnostic du logement, étude de faisabilité, plan d’aménagement, recherche d’entreprises compétentes. Soliha Est parisien, tel 01 49 88 46 80 ou www.soliha.fr ou à l’agence de Montreuil, 54-56 avenue du Président Wilson.

Les Aides financières

  • Caisse de retraite : Votre caisse de retraite peut vous accorder une aide financière, sous réserve de respecter certaines conditions de ressources, pour les travaux d’amélioration de l’habitat. L’aide s’adresse à toutes les personnes retraitées quel que soit votre régime de retraite. Elle concerne aussi bien les locataires que les propriétaires. Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite.
  • L’ANAH ou Agence Nationale de l’Habitat est un organisme qui accorde des aides aux propriétaires occupants sous plafonds de ressources pour des travaux de salubrité, de sécurité de l’habitat ou pour l’autonomie de la personne et pour la lutte contre la précarité énergétique. Selon les cas, un accompagnement gratuit dans votre démarche peut vous être proposé. Renseignements : 01 41 60 68 70 ou sur le site anah.fr/les-aides/
  • Rénov Habitat 93 : ce dispositif du Conseil départemental vient en complément des aides de l’ANAH pour les propriétaires occupants bénéficiaires de l’Allocation Départementale Personnalisée d’Autonomie (ADAP). Il permet de contribuer au financement d’aménagements liés la perte d’autonomie ou à la performance énergétique. Renseignements : tel 01 43 93 87 36 ou sur Rénov Habitat 93.
  • Le Prêt à l’amélioration de l’habitat PAH concerne des travaux de réparation, d’amélioration, d’assainissement ou d’isolation thermique de la résidence principale. Le montant de ce prêt (taux d’intérêt de 1 %) peut couvrir jusqu’à 80 % des dépenses prévues dans la limite de 1 067,14 euros. Il peut être accordé aux locataires ou aux propriétaires déjà bénéficiaires d’une prestation familiale. Renseignements auprès de votre Caisse d’Allocations Familiales ou sur le site www.caf.fr.
  • Le Crédit d’impôt : vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt (réduction de votre impôt) si vous engagez des travaux d’équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées dans votre résidence principale. Cette mesure concerne les propriétaires, les locataires ou les occupants à titre gratuit. Renseignez-vous auprès de votre centre des impôts ou sur le site vosdroits.service-public.fr.

zoom

Un exemple d’aménagement réussi

Henriette Castignoli à Livry-Gargan, 67 ans

« Nous habitons un pavillon et la chambre est au premier étage. Mon mari a des problèmes de mobilité et, malgré la pose de barres d’appui, cela devenait de plus en plus difficile pour lui de monter et descendre l’escalier. Nous avons donc fait faire des devis pour la pose d’un monte-escalier intérieur. C’est un aménagement coûteux mais nous n’avions plus le choix. Nous avons fait une demande pour pouvoir financer ces travaux que nous avons pu réaliser grâce l’aide à l’adaptation du logement au vieillissement accordée par le Conseil départemental dans le cadre du dispositif Renov’Habitat 93. Nous sommes propriétaires et nous allons pouvoir de rester chez nous, c’est ce que l’on souhaitait ! »